4 BATAILLES QUE LES SNEAKERS ONT GAGNÉES SUR LES CHAUSSURES DE VILLE.

BN-LF084_Sneake_8S_20151111125210

Par Miguelito, le 09/05/2016.


 

La vie de l'Homme moderne n'est pas de tout repos, et très souvent son affrontement avec les vicissitudes de la vie quotidienne le pousse à prendre des positions radicales. Et à faire des choix difficiles. Parmi eux, on peut facilement citer celui des chaussures.

Il suffit de se balader dans les rues de nos grandes villes pour constater que deux grandes familles s'affrontent en permanence dans les méandres de nos pavés. Celle bien connue des chaussures dites "de ville" ( une appellation de moins en moins contrôlée comme nous le verrons par la suite) et son challenger celle des sneakers et autres baskets ( qui ne cesse de grandir).

Il est clair qu'un choix a dû s'opérer rapidement dans les mentalités, les canons esthétiques, le gout et les habitudes de consommations vestimentaires. Pour que nous arrivions à ce qu'il convient d'appeler un affrontement, voire même une guerre secrète. Une bataille que les chaussures de villes sont entrain de perdre sur beaucoup de fronts, comme nous allons le voir...

1-La Bataille de l'Imaginaire et du Rêve:

Si nos ainés rêvaient de porter des Church's, des John Lobb, et autres Weston. Nous rêvons de porter des Jordans, des Yeezys, et autres sneakers de designers ( Louboutin, Louis Vuitton, Balenciaga, etc...). Bref les grands noms de la chaussures de ville ne rentrent pas vraiment dans les idéaux de la nouvelle génération. Et ceci est en partie due à plusieurs raisons. La première est la stratégie marketing des équipementiers  qui, par un habile tour de passe-passe médiatique, ont amené les sneakers à se positionner comme des produits de luxe non comme des produits de performance. Jordan Brand est l'archétype même de cette thèse. La deuxième, la Culture Hip Hop et la NBA ces deux vecteurs de mode qui d'ailleurs en plusieurs points se rejoignent puisque tous les deux ont deux convergences assez marquées à savoir: la Télévision et bien sûr la Rue.  Points de convergence dans lesquels on retrouve : les mêmes acteurs très souvent, et aussi mais surtout le même public.

2- La Bataille de la Vie Quotidienne:

Nous courrons sans cesse, et nos activités sont de plus en plus diverses et variées. Quand en l'espace de 10 heures, il vous faut enchainer le boulot, la vie familiale,les transport en commun et parfois un peu sport tout du lot. Une chaussure de ville peut se révéler être un adversaire de taille. Parce qu'elle s'adapte vraiment très peu à toutes nos tenues, et à toutes les circonstances de notre quotidien. Et qu'elle n'est visiblement pas conçue dans cette optique...

3- La Bataille du Prix: 

Pour une sneaker de grande marque on est sur des bases de 150 à 220 euros. Il faut compter 100 à 200 euros de plus pour une chaussure de ville de niveau équivalent. Les temps sont durs et le prix est, et reste un facteur dominant dans la décision d'achat. La question qui se pose c'est qui a envie d'investir plus cher dans une chaussure qu'il ne pourra porter que sous certaines conditions et qui ne correspond ni à son mode de vie, ni à son style vestimentaire? L'Homme moderne a visiblement trouver la réponse à cette question.

4-La Guerre du Dress Code: 

Si par le passé nos ainés ne juraient par le tweed, le super cent, le lin pour ce qui concernent leur pantalon. De nos jours, le jean règne désormais sans partage et est même parvenu à s'imposer comme un incontournable. Étant à la base, un vêtement destiné aux mineurs et aux ouvriers. Le jean est passé du vêtement de l'ado rebelle et du biker en balade, à celui du jeune branché chic voire même BCBG. Ce qui rend son association avec les sneakers d'autant plus facile.Certains n'hésitent désormais plus à associer jean, veste et sneaker pour le meilleur il faut bien le reconnaitre.

 

A LIRE AUSSI